Le Miel, en cuisine, en patisserie, à vous de choisir

Une petite histoire…

Dans le placard de mes grands parents, de ma mère, et maintenant dans le mien, il y a toujours eu plusieurs pots de miel. Pour la petite histoire, mes grands parents avaient une propriété, Le Domaine de Pontête, à quelques kilomètres de Toulouse. Un des voisins avait installé quelques ruches sur un terrain à la lisière des bois, et pour remercier mes grands parents, ils leur donnaient quelques pots de la récolte annuelle. Ma mère a depuis hérité du terrain en question et le voisin s’occupent toujours de ses ruches. Donc tous les ans, nous avons la chance d’avoir des pots de miel. En général, la récolte se constitue de Miel de Châtaignier, Toutes Fleurs et de Tournesol. Une fois, nous avons eu quelques pots de Miel d’Acacia, et celui là, je l’adore, c’est un de mes miels préférés, avec le Miel de Printemps, excellent aussi.

Avec le miel, c’est à chacun le sien, Miel de Sapin, de Montagne, de Rhododendron, de Tilleul, de Romarin, de Lavande, d’Arbousier, pour n’en citer que quelques uns, on a l’embarras du choix.

En cuisine et pâtisserie, le miel s’adapte

Je ne suis pas d’un naturel sucrée. Vous vous en êtes certainement rendu compte au fil des pages. La cuisine c’est mon truc, la patisserie, elle me boude. Et le miel en cuisine, c’est bien agréable et parfois surprenant. On le connaît dans des plats comme les tajines ou pour accompagner les travers de porc ou même les volailles. Récemment, j’ai cuisiné des carottes confites au miel ou des choux de Bruxelles, et c’est délicieux. Son association avec les légumes est très intéressante. Oh, je sais que les végans ne seront pas d’accord, mais sinon, je le conseille.

Pour la patisserie, je ne vais pas être d’un grand secours, mais mon palet adore les gateaux marocains par exemple, et le miel y est souvent à l’honneur. Et les gâteaux grecs, quel bonheur ! Mais j’avoue, en petite quantité.

Tartine de MielAbeilles

La petite touche de réconfort

Le miel, c’est aussi la cuillère dans l’infusion quand il fait froid et qu’on a mal à la gorge. Ou sur la tartine de pain beurré, le matin, quand on a tout à coup envie de douceur. Ou encore pour agrémenter un yaourt, le soir devant la télé quand notre palais nous réclame une note sucrée. De petits moments de réconfort, surtout si vous êtes comme moi, et que le miel ne fait pas parti de votre quotidien. Mais finalement, en y réfléchissant bien, le miel est là, dans mon placard.

nunc amet, non ante. Donec vulputate, quis